embouteillage

Le gouvernement roumain parvient à un accord avec les agriculteurs qui bloquaient la frontière avec l'Ukraine


Le ministère roumain de l'Agriculture et les représentants des principales organisations agricoles sont parvenus à un accord le 15 janvier pour répondre à plusieurs demandes des agriculteurs qui ont bloqué la frontière avec l'Ukraine.

Comme l'a déclaré le ministre de l'Agriculture Florin Barbu, l'accord couvre 13 revendications des agriculteurs. Dans le même temps, les négociations se poursuivent pour trouver un compromis sur les demandes non résolues, a rapporté Euroctiv.

Le gouvernement s’est engagé à subventionner entièrement toutes les taxes d’accise agricoles d’ici 2026 et à mettre immédiatement en œuvre des dispositions relatives aux prêts bonifiés.

Selon Marius Miku, l'un des représentants des agriculteurs aux négociations, l'accord signé ne signifie pas la fin immédiate des protestations, car leur durée pourrait être affectée par les prochaines négociations avec les travailleurs des transports, qui durent jusqu'à jeudi.

Miku a ajouté qu'il est important que le gouvernement autorise une dérogation aux réglementations obligatoires sur la rotation des cultures et à une zone de sécurité de 31 pour cent par ferme jusqu'au 4 janvier.

Le gouvernement a également répondu aux demandes d'indemnisation pour les dommages causés par les importations en provenance d'Ukraine. Les mesures comprennent un étiquetage clair des céréales et autres marchandises et une surveillance électronique des scellés par GPS dans le port de Constanta.

Le ministre Barbu a répondu que la Roumanie souhaitait imposer des droits d'importation sur les importations de céréales ukrainiennes.

La veille au soir, le ministère hongrois de l'Agriculture a annoncé que les ministres compétents de Bulgarie, de Pologne, de Roumanie, de Slovaquie et de Hongrie avaient écrit une lettre commune à la Commission européenne appelant à l'imposition de droits d'importation sur les céréales ukrainiennes en raison d'une prétendue concurrence déloyale.

Dans la lettre citée par le ministère hongrois, les cinq pays de l'Est de l'UE appellent la Commission européenne à prendre des mesures contre les produits agricoles ukrainiens moins chers, qui, selon eux, engloutissent leurs marchés d'exportation.

Source: Ukragroconsult (Ukraine)

Retour aux nouvelles
×