champ de blé

Au cours de la prochaine saison, l'Union européenne pourrait accroître la demande de blé dur canadien


Les opérateurs du marché s'attendent à ce que l'Union européenne devienne l'un des importateurs actifs de blé dur du Canada en 2023/24 en attendant une réduction de sa propre production céréalière, rapporte The Western Producer.

Les analystes de la Commission européenne prévoient la production de blé dur dans l'UE en 2023/24 à 7,5 millions de tonnes, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne annuelle. Dans le même temps, selon les résultats de la saison en cours, ses résidus de transition ne peuvent être réduits qu'à 100 XNUMX tonnes, ce qui augmentera considérablement la charge sur le solde de ce grain.

Comme le notent les analystes canadiens de MarketsFarm, cette prévision de la Commission européenne date de mars, donc de nouvelles révisions à la baisse sont tout à fait possibles car certains pays du bloc, notamment l'Espagne et la France, continuent de connaître un déficit pluviométrique.

Il est également à noter que l'importation de blé dur par les pays de l'UE pourrait augmenter à 2023 millions de tonnes au cours de la saison 24/2,3, ce qui dépassera le résultat moyen des 5 dernières années (2,08 millions de tonnes), et cette prévision pourrait augmenter d'un autre 300.000 XNUMX tonnes selon les attentes des experts de MarketsFarm.

À leur tour, au Canada et dans les USA s'attend à de fortes récoltes de blé dur cette année, ce qui peut assurer la demande mondiale. En particulier, selon les estimations de MarketsFarm, les agriculteurs prévoient dans le USA, 1,78 million d'hectares (+9% par an) sous Céréales ensemencer, au Canada jusqu'à 5,8 millions d'hectares.

Source: APKinformer (Ukraine)

Retour aux nouvelles
×