organisme génétiquement modifié

L’UE veut assouplir la réglementation sur les OGM


Les députés de la commission de l'environnement du Parlement européen ont soutenu une proposition visant à assouplir les règles sur les cultures génétiquement modifiées développées à l'aide de ce que l'on appelle les nouvelles technologies génomiques (NGT).

Cela a suscité de vives critiques de la part des groupes environnementaux, écrit AP.

Le Parlement européen devrait maintenant voter sur le projet de loi lors d'une session plénière du 5 au 8 février avant d'entamer les négociations avec les États membres en désaccord sur la question.

Ce mois-ci, 37 lauréats du prix Nobel et d’autres scientifiques ont appelé les législateurs européens à soutenir les nouvelles technologies génomiques et à lutter contre les sombres propos alarmistes à l’égard de la science.

La législation actuelle donne aux environnementalistes l’assurance que l’UE ne deviendra pas un espace libre permettant aux sociétés agricoles multinationales de produire en masse des OGM et de vendre des produits aux 450 millions d’habitants de l’UE sans étiquetage et avertissements détaillés.

Les législateurs ont convenu de créer deux catégories différentes et deux ensembles de règles pour les cultures génétiquement modifiées produites avec du NGT.

Celles qui peuvent être considérées comme équivalentes aux cultures conventionnelles seraient exemptées de la législation sur les OGM, tandis que les autres cultures NGT devraient se conformer à la réglementation.

Le comité a convenu que toutes les cultures NGT devraient rester interdites dans l'agriculture biologique. Il a également accepté d’interdire tous les brevets sur les cultures NGT, affirmant que cela contribuerait à « éviter l’incertitude juridique, l’augmentation des coûts et de nouvelles dépendances pour les agriculteurs et les sélectionneurs ».

L'organisation environnementale Greenpeace affirme que la nouvelle loi, si elle est adoptée, pourrait menacer les droits des agriculteurs et des consommateurs car elle n'offre pas une protection suffisante contre la contamination des cultures par de nouveaux OGM.

Source: Ukragroconsult (Ukraine)

Retour aux nouvelles
×