machine agricole

L'Union européenne ne renoncera pas à ses objectifs de réduire de moitié l'utilisation des pesticides d'ici 2030 et la Bio- Augmenter la surface


Mercredi 22 juin, les représentants des États membres de l'UE ont discuté à Bruxelles d'un plan visant à préserver le Biodiversité et réduire l’utilisation de pesticides

Bien que les inquiétudes concernant la productivité agricole augmentent dans l'Union européenne, les propositions de la Commission européenne restent en vigueur pour 27 pays : Premièrement, l'utilisation de pesticides chimiques ou dangereux dans l'UE sera divisée par deux et endommagée d'ici 2015 par rapport à la période 2017-2030. écosystèmes restaurés.

Les agriculteurs devraient soutenir les méthodes alternatives biologiques de prévention de la protection des cultures et tenir des registres détaillant les méthodes. Les pesticides chimiques ne peuvent être utilisés que comme mesure extrême.

De plus, les nouvelles règles prévoient une interdiction totale des pesticides dans les zones sensibles (espaces verts urbains, terrains de sport, réserves naturelles, etc.).

En retour, l'UE apportera des ajustements à la politique agricole unique afin de garantir que les agriculteurs soient indemnisés pour tous les coûts associés aux nouvelles règles pendant la période de transition de cinq ans.

La Commission européenne lancera également un « plan d'action » pour développer des alternatives durables aux pesticides interdits et aux technologies agricoles de précision (par exemple, les pulvérisations de pesticides géolocalisées).

Enfin, chaque gouvernement peut définir ses propres objectifs dans le cadre des paramètres européens, mais doit rendre compte à la Commission européenne pour tenir compte des spécificités nationales (climat, aide spéciale, efforts déjà réalisés, etc.).

"L'ambition des objectifs contraste avec le manque d'information sur les solutions et les alternatives techniques", a réagi l'association agricole COPA-COGECA, appelant à des périodes de transition d'au moins dix ans et pointant "la nécessité d'augmenter les rendements des agriculteurs dans le contexte actuel". géopolitique pour maintenir les conditions stables ».

Plusieurs pays, dont la France et l'Italie, craignent une réduction drastique de l'utilisation de pesticides et d'engrais ainsi que l'objectif d'utiliser un quart de la terre pour Bio se procurer, à un Zusaentraînera un effondrement des récoltes européennes – un scénario que Bruxelles rejette.

"Les problèmes de sécurité alimentaire ne rendent pas moins urgente la lutte contre les pesticides, l'utilisation excessive de produits agrochimiques constitue une menace sérieuse pour la santé humaine et tue les pollinisateurs, responsables d'une grande partie de notre alimentation", a déclaré la commissaire européenne à la santé, Stella Kiriakides.

Frans Timmermans, vice-président exécutif du Green Deal européen, a souligné qu'il est irresponsable d'invoquer les conflits internationaux comme raison de refuser de réduire les pesticides.

Les 27 États membres discuteront prochainement des mesures visant à réduire à zéro les résidus de deux substances du groupe des néonicotinoïdes, des insecticides qui, selon les écologistes, seraient responsables de la mort massive des abeilles, mais dont 11 pays de l'UE, dont la France, ont déclaré une suspension temporaire ont sanctionné de l'interdiction en 2020-2021.

Bruxelles a également proposé des mesures pour restaurer les écosystèmes endommagés avec un horizon d'application jusqu'en 2050, et a déclaré un objectif de restaurer 80% des habitats européens en détresse partout - des forêts et des terres arables aux écosystèmes marins, d'eau douce et urbains, y compris l'aménagement paysager des centres urbains. afin que d'ici 2030, au moins 20 % des terres et des eaux soient couvertes par des mesures de restauration de la nature.

Retour aux nouvelles
×